jeudi 31 juillet 2008

Le monde évolue, mais que faut-il pour qu’il change ?

Bientôt les voies automobiles les plus urbaines seront investies par les deux-roues non motorisés. Comme le montre cette vidéo, ce mouvement a débuté aux Etats-Unis.



La société automobile a atteint ses limites, mais la voiture individuelle est-elle le seul élément à remettre en question ?

A Angers, les voies sur berge sont aujourd’hui soulagées de l’essentiel du trafic qu’elles accueillaient naguère, désormais redirigé vers une bretelle autoroutière flambant neuve.

Nul doute que la mairie se félicitera prochainement de voir cet axe réapproprié par des cyclistes… mais cela devrait-il pour autant susciter l’enthousiasme ? Il ne s’agira pas nécessairement d’une avancée vers une société plus juste, même si la ville sera plus agréable pour ceux qui y vivent, cyclistes compris.

L’argument de la « qualité de vie » est le cheval de bataille des architectes d’une société dissimulant sa sévérité sous des atours agréables pour les citoyens les mieux intégrés et les moins rétifs aux changements en cours : peines planchers qui justifieront bientôt de nouvelles prisons en même temps qu’une surveillance accrue de l’activité sociale et intellectuelle des individus, recul des libertés individuelles, précarisation des plus faibles et expulsions massives d’immigrés, autant d’évolutions, pour n’en citer que quelques-unes, concomitantes de la « prise de conscience écologique », si favorable à l'utilisation de la bicyclette, actuellement en cours.

La mutation de nos villes tend à rendre ces durcissements imperceptibles pour ceux qui n’en font pas les frais.

Est-ce pour cela que nous pédalons ?

Les Etats-Unis viennent d’adopter une "loi" régularisant les écoutes illégales pratiquées depuis plusieurs années avec la complicité des opérateurs privés de télécommunication. En Europe, le « paquet télécom », qui favoriserait la surveillance de l’activité de tous les internautes sera soumise au vote des députés le 22 septembre prochain.

Pour tous ceux, cyclistes ou non, qui préfèrent le respect des droits de l'homme et la liberté à la peur et à la défiance organisée, rendez-vous est donné le 11 octobre 2008.

3 commentaires:

Yobat a dit…

En visionnant la vidéo, je me préparais à ce qu'un toxicomobile frustré ouvre sa portière, ça n'a pas loupé. Excellent road-trip ceci-dit.

C'est pas tant le vélo que j'aime que la liberté qu'il procure.

Angers, sous ses airs de ville "ou il fait bon vivre" investira 270000 euros en 2008 en vidéo-surveillance.
La biométrie dans les cantines scolaires angevines prépare les futures générations, les systèmes de surveillances et d'écoute sont en place dans les bus. Ajoutons à ça les prises d'ADN de plus en plus
admises. Angers suit donc la marche idéologique voulue dans tout l'occident.
Alors bouffer du discours "qualité de vie - developpement durable" tandis qu'on restreint nos libertés, avec Antonini, on est servi !
A ta question, si c'est pour ça que je pédale, je réponds :
non, j'ai fait ma vélorution.
Espérons que les futurs cyclistes se libèrent un peu de leur bagnole mais bien plus encore...

Pour la journée internationale "freedom not fear - stop the surveillance mania" organisée le 11 octobre, je serais pas contre un rassemblement sur Angers - Oyé oyé, appel au angevin(e)s - rdv l'aprés-midi place du ralliement.

a dit…

Salut yobat,
à vrai dire j'ignore si un tel rendez-vous a été fixé sur Angers. Je t'engage à consulter le site dont le lien apparaît dans le billet pour connaître la liste des villes qui prennent part à la manifestation.

Yobat a dit…

"à vrai dire j'ignore si un tel rendez-vous a été fixé sur Angers."
Désormais si.
En complément du lien vers un extrait des "prisons de la misère" de Loic Wacquant, voici une vidéo courte et explicative.