dimanche 7 septembre 2008

Dynamique de groupe

Retour en images sur le quatrième anniversaire de la vélorution d'Angers.

Quinze heures passées, la place du Ralliement se remplit peu à peu de cyclistes venus des quatre coins d'Angers, voire même d'un peu plus loin. La plupart des fidèles sont là - ceux qu'on n'avait pas vus depuis longtemps ne voulaient pas rater l'événement - mais il y a aussi les novices, qui viennent un à un enrichir le réseau des cyclistes urbains vélorutionnaires.
La première demi-heure est toujours l'occasion de serrer quelques mains, de se retrouver, de se demander comment la vie a été, pour chacun de son côté... y'a pas à dire, les coïncidences, ça crée des liens. Les moins ponctuels arrivent au compte-goutte, renforçant in extremis les effectifs, et puis ça y est, il est 15 heures 30, heure habituelle du départ. Pas d'itinéraire prévu. Un esprit plus enclin à prendre l'initiative monte en selle. Il lance un "Allez, on y va", rapidement relayé - "C'est parti", "à l'assaut", "Go", et c'est une véritable marée à roues qui s'ébroue, s'élance, se répand. Jusqu'à ce que finalement la masse cycliste prenne possession de la chaussée en y imposant sa présence physique incontestable.

Certains, soucieux de rendre plus explicite la visibilité de notre réunion, recourent à l'image, avec efficacité, il faut bien dire.

L'un des logos du mouvement planétaire Critical Mass. Rappellons qu'il n'existe aucun logo officiel pour ce mouvement qui ne l'est pas lui même.

Le nombre de participants est aujourd'hui plus que suffisant pour que le groupe s'impose naturellement, ce qui rend la relation à l'automobiliste plus facile.
Chacun peut ainsi user de son vélo à sa guise, à son rythme, en toute sécurité dans une ambiance conviviale qui tient plus du "joyeux bordel" que de l'embouteillage des heures de pointe.
C'est là le trait le plus séduisant de la vélorution. Chacun d'entre nous se souvient combien il a été frappé, la première fois, de constater à quel point il était plaisant et reposant de pouvoir évoluer en ville, sur son vélo, sans avoir à craindre le trafic automobile. Combien il était imprévisible d'y trouver un tel plaisir. Les jours de retrouvailles, le rapport de force avec la masse automobile est temporairement inversé. C'est comme si elle n'existait pas, et nous, les cyclistes, pouvons ainsi jouir de la rue sans inquiétude. Le plaisir de la mobilité atteint ainsi une rare pureté.
Cette même remarque revient, inlassablement, au fil des coïncidences, chaque fois dans la bouche de nouveaux participants, surpris, qui ne s'étaient pas imaginé qu'il pourrait être si agréable de se balader en centre ville, à vélo, tout simplement. Comme toutes les connaissances, celle-ci, une fois acquise, demeurera indélébile. Nous ne le savions pas auparavant, mais nous ne l'oublierons jamais, la ville à vélo, c'est vraiment agréable !
Voilà ce qui rend le succès de la vélorution inéluctable (bon, ça et la fin du pétrole, c'est vrai).

On immortalise ce quatrième anniversaire par une photo de groupe et un dernier "lever de vélos".

Moment essentiel entre tous que celui de l'après : rencontres, prises de paroles en petits groupes ou devant tous, échanges d'infos en tout genre, de mails, de numéros de téléphones. On discute matos ou bricolage, on s'aperçoit que nos considérations esthétiques ou politiques ne sont pas aussi singulières qu'on avait pu le craindre ou le penser, on constate que notre sensibilité n'est pas si farfelue. Bref, dans les rues d'Angers, à vélo, on ne sera plus jamais vraiment seuls...

Le temps passe insensiblement, les cyclistes urbains se saluent les uns après les autres alors que la "masse cycliste" se disloque peu à peu. Certains poursuivront l'anniversaire jusque tard dans la nuit.

Post scriptum : S'il y avait eu une petite fête dans la foulée, probable qu'une grande partie des participants s'y serait retrouvée...
Pour les cinq ans, y'aurait peut être quelque chose du genre à goupiller, une couche de plus de coïncidence à ajouter pour y remédier, genre sound system inopiné...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Yes,

c'est du 100 % positif!!!
Pour le sound system et la soirée (prévue) je suis 100% pour! Yo
Dam's

candy a dit…

merci, tout est dit et ressenti, c'était un moment agréable et super convivial, qui nous a uni évidemment pour l'amour du vélo, mais aussi pour plein d'autres choses....je retiens cette phrase:
"dans les rues d'Angers, à vélo, on ne sera plus jamais vraiment seuls..."
cdy

Anonyme a dit…

"Rappellons qu'il n'existe aucun logo officiel pour ce mouvement qui ne l'est pas lui même."
Juste des cyclistes qui se représentent eux mêmes et qui pour la plupart n'ont pas attendus que les multiples municipalités trouvent judicieux d'établir une com voir l'image d'une ville avec du bla-bla et des actions folkloriques récurentes que tout cyber-cycliste a pu constater en surfant sur les sites institutionnels.
D'ailleurs, les municipalités sont toutes pro-vélo mais y'a des vélorutions partout. Bizarre. Leur pro-véloisme cacherait-il des autoroutes ?

Euh, pour le sound-system, faudra attendre un an ?

colin a dit…

merci pour votre blog ça motive je suis à melun en seine et marne et si y a pas encore de vélorution mais ça donne envie nous sommes rares par ici à revendiquer le vélo comme mode de vie pour l'avenir

merci encore pour vos sujets et à bientôt sur les routes de france

Anonyme a dit…

I do not agree with everything you say but I have to admit that you have a great blog.


tabletki levitra