lundi 17 décembre 2007

Le vélo a un prix, notre esprit aussi

Angers, par une initiative aussi imparfaite qu'originale, fut une des rares villes à proposer un système entièrement gratuit de mise à disposition de bicyclettes.

Jugeant probablement les retombées pratiques insuffisantes au regard de l'enjeu - le centre ville sera très prochainement inaccessible à la circulation automobile mais le vélo n'est pas devenu pour autant le premier mode de déplacement des angevins - la municipalité actuelle - certainement peu satisfaite de l'impact médiatique de l'opération - en une parfaite illustration du consensus apolitique (qu'est-ce que je parle mal, c'est "transcendant les clivages" qu'il faut dire) qui caractérise notre époque, s'entend avec l'opposition pour faire de l'éco-affichage à peu de frais.

Et pour cause, il n'en coûtera au vainqueur des prochaines municipales que ton intégrité, ami cycliste.

Je m'explique.

A moins d'être récemment rentré de tes vacances passées dans une autre galaxie (en vélo, chapeau), tu as nécessairement eu vent de cette réussite interplanétaire que fut l'entrée en service du Vélib'.

Pour sûr, on a davantage entendu parler en quelques mois des utilisateurs branchés de ce nouveau service que de tous les cyclistes urbains anonymes (et dangereux, et irresponsables, et...) depuis le début du millénaire. Touché par la grâce Delanoienne, la mairie a donc laissé glisser l'idée, applaudie presque sans condition par l'opposition municipale, de décliner cette fomule à la sauce angevine. Nul doute qu'ainsi la dimension cycliste de la douceur angevine sera bien mieux reconnue. Tant pis si les jeunes de "I Love Angers" (qui distribuent des tracts pour Béchu sans bien évidemment n'avoir aucun rapport avec l'UNI/UMP, ah, ah, ah) se précipitent à confondre vélo et vélib' et à ne reconnaître qu'à ce dernier la qualité de "mode de déplacement propre et économique".

Un peu léger pour s'énerver me diras-tu.

Pourtant...

Certes, je n'ai pas la prétention de t'apprendre qu'un grand entrepreneur français se trouve derrière la mise en service des vélib' parisiens. Je ne t'apprendrai pas non plus qu'il a fait - grassement - fortune grâce à la publicité.

Sais-tu en revanche comment s'est faite cette fortune ?

Pour faire simple, une collectivité publique possède son espace public (la rue, les équipements collectifs...) et en réglemente l'usage. Toute "occupation" de cet espace doit satisfaire certaines exigences, et notamment donner lieu au paiement d'un droit d'occupation. Decaux fut un des pionniers de l'affichage publicitaire et conçut un modèle dont le succès ne s'est pas démenti depuis. En fait, les villes ont cru faire une bonne affaire en obtenant de ce grand philanthrope l'implantation d'abribus et de plans de ville, en l'échange de notre liberté visuelle (désolé, j'aime pas plus la pub que toutes les autres formes de manipulation mentale) puisque celui-ci encaisse les sommes versées par les annonceurs pour placarder leurs réclames de mauvais goût un peu partout sur notre passage.

Au fil d'une extension constante de ce modèle, de montages contractuels douteux et de péripéties judiciaires s'étalant sur des années, nous en sommes parvenus à la situation qui prévalait jusqu'à peu : les communes, habituées à accepter la pollution publicitaire en échange de l'installation et de l'entretien d'un mobilier urbain souvent luxueux et parfois inutile, sont devenues de fait le premier appui des publicitaires dans l'espace public.

Non contents de nous vendre leurs gros cubes à longueur d'années, ils voudraient en prime que la petite reine vienne ajouter sa caution !

Sous prétexte de balancer 2000 enclumes pour bobos qui n'auraient jamais envisagé de mettre leurs fesses sur un vélo sans le buzz médiatique qui va autour, ils ne proposent rien de moins que d'amener nos esprits à associer ce fantastique moyen de transport qu'est la bicyclette à la pub, histoire d'enraciner celle-ci encore plus profondément...

Perso, ça ne me convient pas comme deal, et n'y vois pas une réaction provinciale, s'il-te-plaît, c'est simplement que j'accorde un peu de valeur à ce qui se passe entre mes deux oreilles (et aussi un peu à ce qui se passe entre les tiennes).


14 commentaires:

Jacques What a dit…

(Jacques What, ça te va comme ça ? Hmm ?)

Rigolons deux minutes avec les politiques de tout bord qui tentent de se positionner dans une démarche écologique.

D'un côté Antonini qui se réjouit qu'on vienne de loin en voiture pour s'acheter une paire de Nike et pouvoir les tester dans un parc artificiel.

Et de l'autre Bechu, qui propose une ecologie ésthétique en plantant 1000 arbres pour "capter le CO2 et lutter au niveau local contre l'effet de serre."

C'est drôle, hein ?

Jacques What a dit…

J'ai écrit "politique de tout bord", j'ai hommis de dire que les le bateau n'est pas large. Une petite devinette : c'est qui qui pédale à l'arriere ?

Anonyme a dit…

Ca c'est bien dit Yo!
Et toi aussi Jacques what!
C'est sûr que c'est coûteux un vélo (30 euros à Emmaüs) alors il faut mieux en mettre en libre service publicitaire pour que les bons citoyens gardent leurs tunes pour s'acheter un bO KatKat! Oh Yeah
On se fait bien niquer mais le retour du bâton est proche.
Ce qui est marrant c'est de se dire que tous ceux là, dans leurs bureaux, ne sont même pas foutu de pédaler ni probablement de faire quoi que ce soit de leurs mains un temps soit peu physique. Et donc ils sont tous ultras dépendants de nous pour les faire bouffer, nous les paysans!
Bon je tripe un peu (parce que j'ai trop bu de bière hier) mais j'attends néammoins la crise qui les fera tous chuter, et à nous la liberté!
Dam's

cdy a dit…

bonjour, je crois que le débat n'en est qu'à ses prémices....
à partir du moment où l'objectif est de mettre les gens en selle, j'attends de voir la suite....

c'est clair que la pub pollue, mais aujourd'hui, tout s'achète avec la pub....et angers n'y échappera pas, et si c'est au prix de voir davantage de vélos en ville, why not????

Jacques What a dit…

"c'est clair que la pub pollue, mais aujourd'hui, tout s'achète avec la pub...."

Ce que je crois il faut bien garder en tête aprés lecture de ce billet, c'est que c'est l'autorité publique qui cautionne le service publicitaire. C'est pas rien la publicité dans nos vies. C'est la mise en avant d'un (Le) mode de vie que tout le monde intégre. Contre quoi ? Quelques aubettes et des enclumes ! Je ne fait pas partis des résignés, ce deal ne profite pas a la societe citoyenne et n'est pas incontournable.

UNI-Angers a dit…

Peux tu m'expliquer en quoi la position de l'UNI a été engagée sur le site des jeunes qui soutiennent C.BECHU? Parce que l'UNI ne soutient pas C.Béchu et ne s'est en aucun cas prononcée sur la thématique du transport à Angers, du moins en matiere de deux roues.

Je vous prierais donc de rectifier cette information qui est erronée, vous priant de croire que nous savons faire la différence entre un Vélib et un vélo!

Cordialement,

Benoît CRESPIN, Responsable de l'UNI Angers

Anonyme a dit…

Bonjour, bientôt 2008, souhaitons-nous d'apprendre à vivre dans une réalité enfin assumée où Decaux existe, bien d'autres maux aussi...2000 vélos pubés feront sans doute plus pour la cause qu'une poignée de gauchos une fois par mois( même s'il faut rendre à César...).Les sociétés n'existent que par leur capacité à digérer/intégrer ce genre d'initiative...

a dit…

Salut Crépin
j'ai retouché mon post, t'as vu? ça te va mieux? Peut être que tu devrais virer ta tronche du site "I love Angers alors" en contrepartie , non?
Ceci dit, je comprends ton souci, on a fait mieux comme pub que le soutien de l'UNI... pas vraiment à même de rendre crédible l'idée du soutien populaire de jeunes "aux opinions très différentes"

cdy a dit…

quand je le disais que le débat ne fait que commencer................il y a les antipubs, les propubs et ceux qui souhaitent voir plus de vélos en ville, simplement...à quel prix me direz vous? si c'est au prix de se voir envahi d'affiches, de pubs, de tracts, ça gâche un peu.

mais, j'ai un autre argument:: et si ces gens qui font du vélo/vélib parce que c'est la mode et ça fait style, peut être que ces gens, ou du moins une partie....auront l'ingénieuse envie d'avoir leur propre vélo....et là c'est super non?
en définitive: la pub tue, mais si elle peut ressusciter les vieux vélos ou faire acheter des vélos aux particuliers.....

dernière note: vu l'arrivée impromptue de Monsieur Crépin (ça sonne comme un nom qui fait peur...) sur ce blog, restons unis (sans jeu de mots)....
d'ailleurs, je suis curieuse, comment il a fait pour attérir ici? le blog est si connu que ça à la fac de droite?

Jacques what a dit…

Le seul point ou je peut te rejoindre CDY, c'est sur l'aprés Vélib. A Lyon des stats indiquent en effet que les lyonnais ressortent les vieux clous restés trop longtemps dans la cave. Soit. Et alors ! Le système vélocité a cette conséquence. Aprés un an, on ne s'en passe plus, c'est évident. On acquiert son vélo. Est-il inimaginable chez les théoriciens de la résignation d'envisager d'étendre le parc déja actuel. Et ne me dites pas que vélib ne réponds pas à la même offre, c'est du pipeau (bobo).

a dit…

salut cdy, et merci pour tes commentaires...
Tu l'auras compris, je partage plutôt l'avis de Jacques, avec ses nuances. Ce qui signifie que je ne suis pas sans comprendre tes arguments, mais la fin - même la nôtre - justifie-t-elle tous les moyens ? Plus exactement, à quel moment nous a-t-on permis d'apprécier ce que devrait nous coûter la mise en place d'un nouveau mode de fonctionnement (urbain en l'occurence)?
A l'époque où beaucoup se refusent à toute repentance, sans parler d'envisager une correction/réparation, quant à la colonisation au motif que nous n'avons pas à culpabiliser pour les actes de l'occident d'il y a deux siècles, il serait un peu fort d'accepter l'idée que nous sommes responsables de la mise en place de la société automobile par nos chers politiques de la seconde moitié du XXè siècle...
Nous sommes les produits de l'une comme de l'autre de ces épisodes (qui durent encore l'un comme l'autre) que je récuse pour ma part également.
Je ne me suis jamais prononcé en faveur de l'externalisation des coûts vers l'usager des services pubics, ni pour la mise en concurrence de ces derniers, ni pour la disparition subséquente de la notion elle-même.
En conséquence...
A défaut de pouvoir peser sur le cours actuel des choses (dont la pub n'est qu'un symbole/outil redoutablement efficace), j'entends bien profiter de la possibilité qu'il nous reste encore de dénoncer ce fascisme qui ne dit pas son nom.
N'en déplaise à tous les commentateurs anonymes, quelle que soit leur identité (jacques si tu me lis...) je ne perçois pas quel argument pourrait valablement mener à accepter l'emprise de la publicité sur notre société comme une réalité légitime, indépassable et indiscutable.
Ou alors on est mûrs pour rétablir le goulag (qui n'aura pas grand chose d'étatique et qui génèrera de bons profits privés, que les libéraux de tout poil se rassurent).

Jacques what a dit…

Vélib écolo ? Un gros doute subsiste.
Un panneau déroulant et lumineux consomme en electicité autant qu'un ménage moyen de 2,6 personnes.
Est-ce qu'on peut mettre ces chiffres en regard de l'énergie économisée par les futurs cyclistes angevins vélibeux sachant que les déplacements s'effectueront certainement en grande partie dans l'hypercentre en remplacement de trajets déja économes energétiquement (à pied, bus, bientôt tramway)?
Et c'est sans ajouter l'augmentation ou tout au moins l'entretien de l'hérésie marchande (je pense en 1er aux nombreux panneaux 4x3 ventant l'utilité d'un tank 4x4 pour survivre dans la jungle urbaine angevine).
En tout cas, ça fait plaisir d'avoir un endroit ou je peut triturer un peu mon ciboulot sur la question du Velib même si j'aurai espéré (naif,moi?) que se soit au moins l'un des prétendants à la mairie qui amorce ne serait-ce qu'une once de critique sur le financement publicitaire d'un moyen de transport que tous s'accordent à dire "de propre et économique".

Jacques what a dit…

Eh eh...Sieur Benoit Crespin n'a pas répondu à ton deal mais ceci dit, l'album photo sous I love Angers ne permet plus d'aggrandir les photos. Jacques What, la fouine du net, te propose de passer par ici pour l'apercevoir de nouveau à l'innauguration de la permanence Bechu.
Aprés, je veux pas m'avancer. Ce n'est pas parce qu'il est à la tête de l'Uni Angers qui publie sur leur site le programme de Bechu , distribué dans la rue par les jeunes de I Love Angers, que tout ce petit monde se connait.

Dans la rubrique Velib' du forum bechu, on peut lire un commentaire qui explique que tous ces aménagements cyclables tordus, ce n'était en fait que pour grossir le chiffre de kms cyclables (pas faux) pour faire plaisir aux verts et aux écolos. Arf...Electron libre au dessus de toute logique partisane, j'avais pensé un moment m'inviter dans le débat mais là ça pars de bien trop bas.

Anonyme a dit…

juste pour le mot de la fin:
c'et officiel l'UNI est avec "la Béche' et le soutient "de toutes ses forces...." que c'est beau à voir, envie de pleurer tiens...
snif
je n'ose pas mettre le lien, de peur de leur faire croire qu'ils ont des visiteurs...mais l'article est assez émouvant pour une politique de droite ferraillée, par contre, pas de mot sur le mentor NS, ça doit pas être le moment!